Back to top
commerce électronique

Commerce électronique, réponses à vos questions

25 mai 2017

Le sujet de l’heure dans mon domaine, c’est le commerce électronique. Chaque mois je discute avec des dizaines d’entrepreneurs, j’ai donc décidé de répondre aux 4 questions les plus fréquentes qui me sont posées… en espérant que ça puisse vous donner des idées pour votre entreprise, et rendre le commerce électronique plus accessible que vous ne le pensiez.

1.  Est-ce que ça vaut vraiment le coup de vendre en ligne?

Si on part du fait que les Québécois achètent en ligne 6,6 milliards de dollars de produits et services chaque année.

Et que la portion de ces achats réalisés dans des commerces québécois représente 1,7 milliard de dollars, donc pas plus de 26 %...!

Et qu’en plus 49,4 % des Québécois ont acheté un produit ou un service en ligne en 2014 (près de la moitié de la population.)

Et que ce nombre augmente chaque année… vous êtes peut-être en train de manquer le bateau!

Mais vous n’êtes pas seul.

Malheureusement, seulement 15 % des entreprises québécoises vendent des produits ou des services en ligne.

2.  Si ça vaut le coup, pourquoi les entreprises n’y sont pas déjà?

Parce que:

Comme ils sont souvent mal conseillés, ils choisissent une option qui ne correspond pas à leurs besoins et à leur réalité. Et ils vont tôt ou tard abandonner cette solution!

Le commerce électronique, c’est beaucoup plus qu’un site web transactionnel, et ça, peu de gens le savent. Pis un site transactionnel, ça fait peur à bien du monde!

Certains entrepreneurs croient que la bonne vieille « business » va revenir, comme avant. Entre vous et moi, c’est sûr que non! Si c’est votre cas, cessez de croire au Père Noël!

Ils croient ne pas avoir les moyens financiers pour réaliser leur projet. Plusieurs plateformes abordables ont fait leur apparition dans le marché dans les dernières années. Il est vrai que pour certains types d’entreprise, la solution déjà toute faite ne convient pas toujours, et pour ça, il existe maintenant des solutions de financement.

Se lancer dans le e-commerce, ça demande aussi beaucoup de  temps. Et quand on est entrepreneur, on porte déjà 12 chapeaux... pas besoin d’en ajouter! C’est pour ça que plusieurs professionnels peuvent vous aider à réaliser votre projet.

Les entrepreneurs ne sont pas convaincus que le commerce électronique peut être adapté à leur type d’entreprise… pour cette portion, je vous en parle plus loin dans cet article.

3.  Pour vendre en ligne, je dois créer un site web transactionnel?

NON, pas nécessairement, surtout si vous vendez des produits.

La plupart des gens oublient qu’il existe l’équivalent du plus grand centre commercial au monde, mais en version virtuelle……roulement de tambour!

AMAZON

Ben oui, Amazon!

J’écoutais une capsule vidéo de David Grégoire, un blogueur que je suis depuis un bout, il expliquait que plusieurs tentatives pour créer des versions canadiennes ou québécoises d’Amazon ont vu le jour… et ç’a plus ou moins fonctionné.

En gros, ce qu’il dit c’est : pourquoi créer une plateforme pour remplacer celle qui existe, fonctionne et SURTOUT, qui a déjà un trafic assez important pour que les gens qui y vendent aient du succès.

Pour écouter la capsule, c’est par ici.

Ce que ça veut dire, c’est que vous pouvez commencer à vendre dès demain, sur Amazon. Il est tout a fait possible de vous créer un compte, et d'y vendre vos produits.

Dans certains cas, comme je le disais plus haut, il sera préférable que vous ayez tout de même votre propre plateforme de vente.

Idée pour le commerce de détail : vous arrivez en fin de saison et vous devez liquider vos inventaires restants pour faire de la place pour du nouveau? Pourquoi ne pas écouler ce qui vous reste sur Amazon? Je vous mets au défi d’essayer et de m’en reparler!

4. Oui, mais moi, je ne vends pas de produits… je peux vendre en ligne quand même?

Tellement! C’est même plus facile si vous vendez des services, car vous éliminez le frais de livraison, qui est LA raison principale d’abandon des paniers d’achats.

Le mot d’ordre est AUTOMATISATION.

Réfléchissez aux services que vous offrez, et pensez à toutes les étapes répétitives que vous faites dans une journée, qui, si elles étaient automatisées, vous permettrait de faire de l’argent sans lever le petit doigt!

Ce que je veux dire, c’est qu’il est tout à fait possible d’automatiser votre savoir unique, et de le rendre profitable.

Ce l’un des modèles d’affaires qu’on voit de plus en plus sur le web.

Voici quelques exemples :

  • Des coachs qui vendent leur programme de remise en forme.
  • Une application pour calculer les calories que vous ingérez dans une journée.
  • Une application pour analyser la performance de vos activités physiques.
  • Des consultants en ressources humaines qui vendent des formations pour améliorer la gestion de votre personnel.

Et vous, quel est votre savoir unique qui peut vous permettre de créer de la valeur dans le marché?

Conclusion

J’espère que cet article saura allumer la flamme qui sommeille en vous, et qu’il vous donnera les idées pour enfin profiter du commerce électronique. Si vous avez des questions, communiquez avec moi, il me fera plaisir d’y répondre.

 

Téléchargez mon livre gratuit

Marie-Pierre Roy
Écrit par Marie-Pierre Roy

Laisse-nous ton commentaire!

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.